Flammarion, 1989.

Omar-Jo a une douzaine d'années. Il vit à Paris auprès de ses cousins, Rosie et Antoine, qui tiennent une blanchisserie. Depuis que son grand-père Joseph l'a persuadé de voyager là où règne la paix, Omar-Jo défend sa dignité: non, il n'est pas issu d'un pays sans culture. Mais, par Omar, son père, d'une grande civilisation qui a su tracer les hiéroglyphes. Et, par Annette, sa mère, d'un autre peuple qui a inventé l'alphabet. Si vous lui demandez quel est son dieu, il vous dira que Dieu est universel. Et son double prénom témoigne de la tolérance qui règne dans son village, là-bas: musulman par son père, chrétien par sa mère. Même si tout ça c'était avant. Avant que la folie n'emporte les factions et que règne la terreur. Avant qu'Omar et Annette ne soient ensevelis sous les décombres de leur immeuble. Avant qu'Omar-Jo n'y laisse son bras... Maintenant Omar-Jo se construit une famille de cœur. Il adopte un forain et son manège. Il tourne le dos au malheur et transforme le quotidien de ses spectateurs en féerie, se déchaînant en clowneries à la manière de Chaplin, son autre idole. Car sa véritable idole c'est Joseph, le vieillard resté au Liban.

A lire.

Retour à l'accueil