Nouvelles

Gallimard, 2011

Passion francophone. (23 pages)

Fin de l'ère soviétique, un grand hôtel à Paris, une jeune femme en pleine crise de nerfs, des traducteurs qui perdent leur latin parmi les idiomes de Kirghisie, Turquie, Russie, Allemagne, Autriche, Yougoslavie, Pologne, Bretagne, Antilles... Ku-min, adoration de son gouverneur tyran de papa a appris le français mais elle ne peut se faire comprendre. Cherchez l'erreur... la situation sera sauvée par le plus humble des assistants à ce drame humain, un jeune ambulancier.

Farce de l'obscurantisme, escroquerie joyeuse où tout est bien qui finit bien comme dans les beaux contes de fée.

Les naufragés. (27 pages)

Ile Maurice, une maison ouverte sur la nature, une crique au bord de l'Océan indien, un vieux couple qui y vit en harmonie. Et puis tout dérape. Leur paradis sur terre se transforme en enfer, il n'y a plus que l'exil pour les sauver, s'il n'est pas déjà trop tard.

Cruel, lutte dérisoire d'individus contre une marée humaine qui grignote peu à peu son univers.

Le refuge Del Pietro. (19 pages)

De nos jours, Massif des Dolomites. Un alpiniste, ancienne gloire des années 50, emmène sa famille escalader la montagne dans les exactes conditions de 1959, équipement d'origine... jusqu'au refuge Del Pietro. Sauf que...

De la bêtise humaine, la fatuité, la vengeance?, l'impréparation... toutes les conditions sont réunies pour enclencher une catastrophe.

Nuit de garde. (12 pages)

Souvenirs d'un interne des hôpitaux de l'Assistance publique qui revoit la salle commune, les surveillantes en chef, les aides-soignants, et ses scrupules d'alors.

Les fiancés de Lourenço Marques. (12 pages)

Deux êtres ayant dépassé la soixantaine éprouvent le besoin de reprendre leur relation amoureuse là où ils l'ont interrompue il y a quarante ans.

Nostalgique.

Garde-robe. (20 pages)

Sri- Lanka, de nos jours. Un humanitaire onusien, jamais guéri de la barbarie nazie endurée par son père, se trouve confronté au zèle ménager et néanmoins destructeur de son majordome. Beau récit.

Train de vie. ( 25 pages)

C'est bien connu que les trains arrivent toujours à l'heure. C'est peut-être moins galvaudé que les femmes ne sont pas toujours fécondes. Partant de ces deux présupposés un joli conte, une belle jeune femme qui ne peut laisser passer la chance de vivre décemment, et un brave homme qui lui vient en aide, l'occasion fait le larron. Immoral en diable, drôle.

Retour à l'accueil