Le goût du roi de Camille Pascal

Louis XV et Marie-Louise O'Murphy

Perrin, 2006

Voici un parcours exceptionnel: une enfant, élevée dans le ruisseau, célébrée pour sa beauté quand Boucher la peint, présentée au roi par miniature interposée, puis objet sexuel de celui-ci, friand du corps des petites filles. La morale ne trouvera qu'à y redire. La demoiselle est une des nombreuses filles de la fratrie Morphi, née à Rouen, d'ascendance irlandaise jacobite. Bien que dépravées, misère oblige à des concessions, ses sœurs la protègent et exploitent tout autant le tendron qui vaut de l'or. Marie-Louise sera vendue pour devenir pensionnaire du Parc aux Cerfs, de sinistre mémoire. Dans cette transaction la fillette va bénéficier de l'appui de la Pompadour, empêchée par la maladie de satisfaire son royal amant...

Mais le destin de Marie-Louise ne s'arrête pas en si bon chemin: après avoir enfanté, s'être vu retirer son enfant à la naissance, elle sera mariée et éloignée de Louis XV. La voilà exilée en Auvergne... Le mari est tué à la guerre, elle enfante d'un garçon, se remarie, enfante d'une fille qui ressemble étonnamment à Louis XV. Il faut dire que l'interdiction d'approcher de Versailles a été adoucie... Si Louis XV ne reconnut jamais officiellement ses bâtards, il les dota sur sa cassette personnelle ainsi que leurs mères.

Ce livre retrace avec bonheur les usages du temps, du milieu du XVIIIe siècle à la Restauration, en passant par la Révolution. Lisez-le, vous renouerez avec les entrelacs de la politique, des argentiers, des notaires, des religieux et... du corps du roi.

Retour à l'accueil