L'homme qui m'aimait tout bas d'Eric Fottorino

Gallimard, 2009

Témoignage. Hommage de l'auteur à son père. Kiné, rapatrié de Tunisie, l'homme adopte l'enfant dans sa dixième année. Première occasion de dire papa. Volonté farouche d'adopter les racines paternelles, jusqu'à prétendre écrire l'arabe. Toute la famille tunisienne deviendra sienne: grands-parents encore vivants, tantes et oncles. L'enfant va se fondre dans leur cuisine, leurs coutumes, leurs souvenirs, leur présent. Il vivra désormais un quotidien bien rempli auprès de son père qui l'arrimera à la pratique sportive, foot puis vélo. Le père le soutiendra, lui forgera une volonté de gagneur, en sus de mollets d'acier...

Mais quand le père septuagénaire met fin à ses jours, non sans avoir écrit une lettre à chacun des trois fils, c'est le trou noir, et le questionnement à jamais sans réponse "et si j'avais été là?"

Retour à l'accueil