Conte
Gallimard, 1982
Folio juniors

Gaspard passe une jeunesse dorée dans le jardin de ses maîtres, folâtrant parmi la végétation, se dorant au soleil, coulant des journées bien remplies et sans souci auprès de Thomas, le petit garçon, et de ses parents. Jusqu'au jour fatal où... il déguste certaine herbe tentante qu'il n'avait jamais rencontrée et qu'il pense inoffensive. Il ne va pas se tordre de douleur, non, mais un changement terrible va s'opérer dans son être: le voilà qui émet des paroles en langage humain, qui peut être entendu et compris de toute personne qui croise son chemin. Catastrophé par "ce maudit don de la parole dont il était affligé depuis le matin" Gaspard s'épanche auprès de Thomas, le petit garçon, son ami. Ils mettent au point un stratagème pour que Gaspard ne devienne pas un phénomène de foire: Thomas s'invente une passion pour l'apprentissage de ventriloque, Gaspard incarnant le pantin qui accompagne d'ordinaire l'artiste. Hélas, le chat a des choses à dire et ne se maîtrise plus quand il croise des sots, ce qui plonge Thomas dans la confusion. Comme il le constate si bien, il n'arrive pas à garder sa langue dans sa poche... Enfin, avec l'aide du père de famille, qui devient complice du duo, Gaspard sera sauvé de la renommée assassine qu'il craint tant.

Beaucoup de thèmes sont abordés de façon ludique dans ce conte. La généalogie du chat, lord écossais, est un pur enchantement. Les attitudes du chat selon son humeur rappelleront à tous ceux qui ont eu la chance d'en avoir élevé un les bons moments passés à l'observer, à jouer avec lui.

Les clins d'oeil aux grands "classiques" réveilleront les souvenirs littéraires: sort du poète adulé ou maudit, titres d'ouvrage, de chanson, d'auteur, à peine codés, faciles à retrouver... Toutes les pirouettes autour du langage sont des trouvailles qui rendent le lecteur heureux. Le vocabulaire autour de la parole est une mine à exploiter: "on croit la prendre et elle vous échappe", "penser tout haut"... Le personnage du père et ses idées larges peut donner lieu à contradictions. Les quiproquos et les embrouilles qui sont provoqués par la franchise du chat font penser à l'expression "il ne lui manque que la parole" tellement galvaudée. Enfin, le sacrifice du héros qui accepte de voir son secret dévoilé pour sauver la famille chez laquelle il vit, donne à Gaspard ses vraies lettres de noblesse.

Un pur bonheur que ce livret, dégustez-le et surtout, faites-le partager.

Retour à l'accueil