Terminus Belz d'Emmanuel Grand

Editions Liana Levi, 2014

Le récit commence par l'exil de quatre jeunes ukrainiens qui veulent gagner la France pour y oublier la misère. Transportés par des mafieux roumains ils doivent se battre pour venir au secours de la fille du groupe. Dès lors c'est pour eux une fuite éperdue car ils savent qu'ils seront irrémédiablement pourchassés. Arrivés en France, ils se séparent: un, Anatoli rejoindra le sud, deux autres Iryna et Vasili Paris et le dernier, Marko ira dans l'ouest. Ils décident de ne pas se contacter avant un an, pour effacer les indices de leur existence...

Arrivé à Lorient, Marko s'embarque pour une île, après avoir lu une offre d'emploi sur un bateau. Mais il n'a pas le pied marin. Mal accueilli par les îliens qui lui reprochent de leur ôter le pain de la bouche, il trouve du soutien auprès de Joël Caradec, son patron, qui s'accommode du handicap de Marko et l'encourage à persévérer... De leur côté, les mafieux roumains mettent tout en œuvre pour éliminer les jeunes et récupérer le pactole versé pour le passage clandestin, que les jeunes ont repris.

Petit à petit, Marko fait des connaissances: Claude Venel, le libraire, Marianne, l'institutrice, Yves Lestrehan qui tient un magasin d'accastillage, devant le port et Papou, qui survit de petits boulots et souffre de visions extra-sensorielles. Le mal est contagieux: bientôt Marko rencontre des personnes disparues qui lui transmettent des messages et il fait connaissance avec l'Ankou.

Tour à tour roman policier, roman fantastique, ode à la mer et témoignage contemporain, ce récit mêle les ingrédients et la sauce prend bien: le lecteur est scotché.

A lire

Retour à l'accueil