Raboliot de Maurice Genevoix

Roman

Prix Goncourt 1925

Bernard Grasset, 1925

Edition définitive Grasset, 1983

Le livre de poche, 2010

Pierre Fouques, dit "Raboliot" depuis toujours, a la trentaine. C'est un solognot de bonne souche, travailleur, braconnier à ses heures. Il est revenu de la Grande Guerre, nous sommes au début des années 20; s'est marié; a trois jeunes enfants. Raboliot a repris sa vie d'avant guerre, le travail dans les bois, les étangs, et la braconne. Depuis son jeune âge il s'est essayé dans les rivières du pays à attraper le poisson avec les autres gamins; c'est son père qui lui a enseigné comment remplir la carnassière avec le gibier à plumes et à poil. Et la Sologne regorge de lapins, lièvres, perdrix, faisans. Sans compter les fouines et les renards qui sont éliminés car ils se servent eux aussi dans les bois. Les propriétaires sont donc coulants, pas trop regardants si on respecte leurs terres. Pas tous. Ainsi le comte de Remilleret emploie des gardes pour éloigner les bracos. Lesquels gardes arrondissent leur paye en ponctionnant hardiment le gibier de leur maître. Les gendarmes poursuivent les contrevenants et quelquefois les coincent. C'est alors que débarque un dénommé Bourrel, étranger au pays, qui va s'acharner à la perte de Raboliot.

L'intrigue se noue doucement, l'intensité dramatique monte, enfle, le lecteur est pris par les sentiments de Raboliot qui se débat dans les filets que Bourrel tend autour de lui. Le personnage de Delphine, dite la Souris est pour une belle part dans le drame qui se joue. L'auteur a peint les bois et les champs, les bêtes et les gens dans leur quotidien, la succession des saisons, les senteurs, la pluie, le froid, la chaleur, tout concourt à rendre ce roman passionnant.

A lire.

Retour à l'accueil