Géorgie, début des années vingt. Une femme et ses trois filles essayent de fuir loin de l'Etat qui les nient comme êtres humains et veut les maintenir à l'écart. Le père de famille est mort il y a deux jours. Sa forge devient la propriété des blancs, sa famille n'a plus de rempart. Hattie, Pearl et Marion voyagent trente-deux heures avant d'atteindre Philadelphie. Au premier contact avec la grande ville du Nord, Hattie est tétanisée: trop de monde, trop de mouvement. Egarée loin de sa Maman, elle voit des choses qui la terrifient: une femme noire achète un bouquet de fleurs à un marchand ambulant, et les mains du blanc frôlent celles de la femme de couleurs. Et là le drame se noue car l'acheteuse bouscule l'étal, les vases tombent. Hattie attend, pétrifiée, le déferlement de violence...

Nous retrouvons Hattie deux ans plus tard, mariée, mère de jumeaux. Elle lutte pour enrayer la fièvre qui les consume. Sa vie durant, l'existence d'Hattie sera une longue bataille contre la misère, contre la faim qui tenaille toutes les bouches qu'elle mettra au monde, contre les démons qui éloignent August, son époux. Alors Hattie se durcira, ses enfants l'appelleront le Général, ils ne percevront d'elle que les exigences...

Nous suivons Hattie plus de soixante ans. Les enfants ont grandi. Onze enfants dont nous partageons quelques moments, les réussites, les fêlures, les espoirs, les regrets.

C'est maintenant au tour de Sala, dix ans en 1980, de vivre avec ses grands-parents.

Très beau, à lire

 

 

 

Roman

Titre original:

The Twelve Tribes of Hattie, 2012

Traduit de l'américain

par François Happe

Editions Gallmeister, 2014

Retour à l'accueil