Manipulation mentale, bons sentiments exploités, soupçon, amitié, amour filial déçu, parents dépassés, énigmes... tout concourt à faire de ce roman une réussite. La couverture est à contre emploi, elle évoque plutôt un guide gastronomique qu'un roman noir. Il est vrai que l'entreprise d'entraide fondée par trois amis est basée dans le restaurant de l'une d'eux...

Des assassinats sont perpétrés à la demande de clients qui ne peuvent pas passer à l'acte eux-mêmes. En grand besoin d'argent, nos trois amis ne renvoient pas ces demandes incongrues bien que leur sens moral réprouve totalement de tels actes. Pourtant tous se défendent d'avoir agi. Nous avons vu les meurtres et nous sommes dans l'incapacité de nous faire une opinion sur leurs auteurs car la romancière distille des informations qui noient notre réflexion.

A lire

Titre original:

Kleopatras kam

2007

Traduit du suédois par

Esther Sermage et Ophélie Alegre

Gaïa Editions, 2013

pour la traduction française

Retour à l'accueil