Kurt Wallander a du vague à l'âme. Il rêve de quitter l'appartement en ville, qu'il partage avec sa fille Linda, pour une fermette des environs de Stockholm. Il aurait un chien, de l'espace, de quoi voir la vie autrement. Voici justement que son collègue Martinsson lui donne un trousseau de clés pour aller visiter un bien à vendre, qui correspond à ses attentes.

Wallander est séduit par sa visite. Il obtient même un rabais sur le prix de vente. Pourtant quand il retourne la voir c'est par un os que son attention est attirée. Celui-ci dépasse de l'allée et le fait trébucher. Wallander est avant tout policier et son flair lui dit que cet os pourrait bien être un reste humain...

Très bien amenée, la conclusion de l'enquête est moins sordide que ne le laissaient craindre les premières investigations. Beaucoup de souffrance psychologique, un fils qui n'en peut plus, un vieillard qui n'a rien oublié...

A lire

Titre original: Handen

204

Traduit du suédois

par Anna Gibson

Editions du Seuil, 2014

Retour à l'accueil