Édition établie par les soins d'Inge Jens

Traduit de l'allemand, préfacé et annoté par Pierre-Emmanuel Dauzat

Ouvrage traduit avec le concours du Centre national du livre

Tallandier
2008
Extrait de l'avant-propos:
 " Hans Scholl: né le 22 septembre 1918, exécuté le 22 février 1943. Sophie Scholl: née le 9 mai 1921, exécutée le 22 février 1943."

  Je vous ai livré la fin dès le début. Ce livre est un monument élevé à la mémoire de ces deux êtres purs, qui essayèrent de secouer le joug du nazisme et de le dénoncer à leurs compatriotes.
  La qualité d'écriture est remarquable, surtout dans la première partie, celle écrite par Hans. Sa jeune soeur se cherche et voudrait rencontrer Dieu. Elle le prie beaucoup et en parle autant.
  Ce recueil de lettres est un hymne à la vie. Je suis admirative du niveau de pensée développé par des êtres si jeunes, de la qualité de l'écriture.
  A l'époque des SMS que de talents se perdent.
  Ce livre nous rappelle que la jeunesse allemande, embrigadée dès son plus jeune âge, était formatée pour adhérer au nazisme. Eux deux ont eu la chance de naître dans une famille éclairée, où leur père ne cessa de s'indigner, et de les mettre en garde.
  A la veille de voter pour l'Europe, ces lettres nous rappellent qu'il y a peu de temps encore, la vie était une lutte, la liberté un combat.

  Lisez-le, il est plein de fougue, de jeunesse, de joie de vivre.

Retour à l'accueil