DSCN1907.JPG
Bibliophane-Daniel Radford, Paris, 2003
   Voici une saga qui se lit très facilement tant elle est passionnante et bien racontée. Le propos en est l'introduction de l'usage du chocolat en France par les juifs, dits Portugais, autour des années 1530. Le procédé de l'auteur: donner la parole à tour de rôle à leurs descendants qui cherchent à asseoir leur moyen de subsistance à Bayonne, où les édiles ne sont pas tendres avec eux. Toutes les accusations, tous les maux que l'on prête "d'ordinaire" au peuple élu sont utilisés pour les rayer du commerce de la ville basque. Ces derniers vivent autour de 1760.
  On y voit les conversions forcées au catholicisme, le retour à la religion des pères avec tout ce qu'il comporte de risques pour le quotidien, l'avenir. On aborde les grands voyages aux îles, les plantations, l'esclavage, l'érudition. Et tout ça dans une atmosphère de chocolat fumant qui vous tient, vous enflamme, même si notre mode de consommation a changé on se délecte de toutes ces descriptions, ce savoir d'artisan.
  Voyez le glossaire qui se lit comme on replonge dans un conte de notre enfance, ces mots oubliés qui chantent et enchantent. Belles pages d'écriture que ces remerciements, où l'on touche du doigt la genèse du roman.
Retour à l'accueil