2264027916.jpg

Titre original:

Death and the Good Life

Ripley Hugo, 1991

Éditions Albin Michel, 1997,

pour la traduction française.

  

  Préface de James Welch, 1991.

  Trois parties forment ce roman, très inégales en longueur et en densité. La première, d'une soixantaine de pages résout une série de meurtres, assez facilement.

   La deuxième nous entraîne dans les méandres d'une affaire vieille de vingt ans, jamais résolue. Et là, ça tombe comme à Gravelotte. Cent-soixante pages d'assassinats. Quand on nous présente la coupable, on sent bien que quelque chose cloche, qu'on ne nous a pas tout dit.

  Et c'est la dernière partie, toute mince, vingt-quatre pages, qui éclaire notre lanterne. Sans mentir, je subodorais bien des "vérités" depuis bien longtemps. Mais l'enquêteur me déstabilisait, tardant à trouver le fil d'Ariane. Il est vrai que le pauvre flic avait moins d'éléments que la lectrice.

  C'est réussi. Beaucoup d'allusions aux pêcheurs et à la géographie du Montana, comme nous y préparait l'introduction. Beaucoup de fric, à la pelle, source de bien des malversations mais pas que...

  Lisez-le, bon moment garanti. 

Retour à l'accueil