Montez-Benz.jpg

roman

Plon,2007

  Le prologue nous apprend qu'en 1521, à Tenochtitlán-Mexico, au milieu des ruines, au pied de la pyramide où était le sanctuaire de Uitzilopochtli, le dieu suprême représentant le soleil à son zénith, eut lieu un terrible sacrilège. Le conquistador Hernan Cortés faisait torturer par le feu le jeune empereur Cuauhtémoc, pour qu'il révèle l'endroit où Montezuma, son beau-père, avait enfoui la majorité de son trésor. Quelques mois plus tôt les espagnols avaient été chassés vers la côte par le peuple révolté. Depuis ils étaient revenus, et malgré la résistance des indigènes qu'ils avaient assiégés, Cortés avait gagné; d'abord il avait feint de recevoir avec les honneurs  le jeune empereur avant de le livrer aux bourreaux. La belle  et noble mexicaine Malinali, offerte en hommage à Cortés, baptisée Marina, devenue "Doña" Marina, était la voix du chef, sa traductrice. L'épouse de Cuauhtémoc tenta de le sauver en donnant les cinq plus belles émeraudes qui lui venaient de Montezuma son père. Le trésorier de l'empereur Charles [Quint] réclama le trésor au nom de son maître mais Cortés le conserva. Le collier était constitué de quetzalitzli, émeraudes de Quetzalcóatl. Ce don ne permit pas au prisonnier d'avoir la vie sauve.
  Dans l'épilogue l'auteur nous rappelle que la galère qui transportait Cortés et ses fils coula en baie d'Alger, dans la nuit du 24 octobre 1541, et que les fameuses émeraudes qui étaient du voyage n'ont pas encore officiellement refait surface.
  Entre temps Juliette Benzoni nous a composé un récit d'aventures taillé pour Morosini, le vénitien antiquaire, son presque frère Vidal-Péllicorne, Angéline du Plan- Crespin, tante Amélie et une cousine du sud-ouest, Prisca Adour, en révolte contre la République.
  On participe volontiers aux tribulations de la joyeuse tribu, tremblant à chaque page pour que ses membres conservent leur intégrité physique! 
Retour à l'accueil