DSCN2424.JPG
roman
Titre original: The free world
Farrar, Straus and Giroux, New York, 2011
 Traduit de l'américain
par Elisabeth Peellaert
 Belfond, 2012
  Voici un récit qui témoigne de l'émigration des populations d'Union Soviétique, début des années 80. Populations juives.
Ou censées juives. Depuis soixante ans que la laïcité avait envahi les moeurs beaucoup de préceptes étaient oubliés, tombés dans l'oubli parce que non transmis, non vécus, seulement  marqueurs d'un peuple soupçonné de se livrer à des pratiques illicites dans les synagogues. Synagogues gommées pour la plupart, transformées...
  Vétéran de l'Armée Soviétique, fier de son passé et de ses médailles, Samuil a pignon sur rue à Riga, où il dirige une usine. Il est marié à Emma; leur fils Karl se met en tête de quitter la Lettonie et de les faire suivre. Ils vont alors vivre des péripéties terribles jusqu'à leur arrivée à Rome. Ils assistent à l'intronisation de Jean-Paul Ier et sont encore là longtemps après celle de Jean-Paul II car les pays prêts à les accueillir ne le font qu'après de rigoureux examens médicaux. Sauf à partir en Israël, chose qu'ils n'envisagent qu'en dernier recours.
  Samuil profite de ses loisirs forcés pour se remémorer ses jeunes années, la misère et le peu de cas que l'on faisait de leur vie du temps des tsars. Il revoit son frère, leur adhésion aux idées subversives, leur entrée en communisme, leur guerre. Il ne regrette rien de ses choix, il vénère l'ère soviétique.
  Ses fils ont pris d'autres voies. Conflit générationnel et plus encore. 
Retour à l'accueil