8dcf35ee5004f954835d6dd4004bc886-300x300
Roman
Traduit de l'anglais (États-Unis) par
Lazare Rabineau
Titre original: Monday, the Rabbi Took off, 1972
Editions La Découverte, 2006
  Voici le dernier récit du recueil La semaine du rabbin, Tome 1. David Small n'a pas vu son contrat renouvelé par la nouvelle administration présidée cette année par Marty Raymond. Il est las de cette ambiance mesquine, lui le calme, le dévoué, l'effacé. Il décide de prendre un congé de trois mois et de se rendre en Israël. Raymond et ses amis y voient un moyen de pression pour accélérer la signature d'un contrat de travail, non, le rabbin est fatigué, il veut s'éloigner.
  Tandis que les gens de Barnard's Crossing se mettent en quête d'un remplaçant et le trouvent en la personne de Hugo Deutch, Miriam contacte sa tante Gittel qui vit en Israël afin qu'elle les aide à trouver une location. David a demandé un congé sans solde, ils vivront sur leurs économies, ce qui surprend les membres de la communauté.
  En Israël le rabbin a un sentiment de libération. Il ne va à la synagogue que s'il en ressent le besoin, il se promène, se mêle à la population. Comme le dit une de ses connaissances rencontrée au Mur des lamentations: ici il n'a rien à prouver, il est juif parmi les juifs. Certains vivent de façon quasi laïque, bien que le judaïsme soit religion d'état, d'autres sont orthodoxes, d'autres plus tièdes sur les observances de la religion...
  Avant qu'ils ne partent, la communauté leur a donné des adresses de parents à visiter. Ils font la connaissance de Dan, journaliste, dont le fils Roy suit les cours de la fac. Ce dernier est déçu de sa mauvaise intégration, les Israéliens ne faisant pas ami-ami avec les étrangers, il n'est copain qu'avec un jeune étudiant arabe.
  L'intrigue policière n'arrive qu'au chapitre 32. Ce roman nous a permis de côtoyer le quotidien des Israéliens, de participer à la vie de famille, de plaindre David envahi non pas par sa belle-mère mais par la soeur de celle-ci!
  Le système armée-police-espionnage est abordé. Toujours aussi plaisant à lire.
Retour à l'accueil