000356681
Roman
Titre original: Wednesday, the Rabbi got not, 1976
Traduit de l'anglais (États-Unis)
par Lazare Rabineau
Éditions La Découverte, 2006
  Voici le second des trois récits contenus dans La semaine du rabbin, Tome 2. Les élections ont hissé Chester Kaplan président de la Communauté. Ce dernier en plus d'être un fervent fidèle de la synagogue, organise des soirées le mercredi à son domicile où les discussions tournent autour de la religion; d'autre part il a institué des retraites dans une villa au bord d'un lac, d'une forêt, où les pratiquants retrouvent le calme et la sérénité. Comme il invite un rabbin bis à se joindre à eux, David Small vit mal cette situation, cette synagogue bis qui ne dit pas son nom le déçoit. Il ne comprend pas que ses coreligionnaires aient besoin de toutes ces manifestations. Pour lui la religion se vit au quotidien, c'est un état d'esprit, un mode de vie ancestral qui se transmet non une démonstration voyante, mais il laisse faire, attend de voir... 
  Barnard's Crossing compte plusieurs drugstores dont un,Town-Line Drugs, est tenu par un homme âgé Marcus Aptaker, qui aimerait voir son fils Arnold lui succéder. Celui-ci n'en prend pas le chemin. Après une dispute avec son père il a voyagé et vient de se fixer à Philadelphie où sous le nom d'Akiva il fait partie du groupe de fidèles de Reb Mendel, tout en travaillant dans un magasin. 
  Comme le rebbe lui conseille de se réconcilier avec son père il passe quelques jours à Barnards'Crossing où il donne un coup de main en tant que pharmacien, la veille de l'ouragan.
  C'est au chapitre 15 que David Small a connaissance de la mort suspecte d'un membre de la Communauté. On soupçonne rapidement le docteur Cohen. Ses collègues lui battent froid craignant de perdre leur clientèle par contagion... Le préparateur  en pharmacie Mc Lane est lui aussi sur la sellette car il a perdu son affaire à cause du vieil usurier qui vient de rendre l'âme. Quant aux Aptaker ils ne le portaient pas non plus dans leur coeur. 
  Nous faisons connaissance avec un mode de délivrance des pilules à l'unité dans des flacons étiquetés au nom du malade. Le commissaire Lanigan s'y intéresse aussi: forme, couleur, bocaux...
  David Small nous fait une démonstration de droit rabbinique pour essayer de sauver le bail d'Aptaker que la Communauté qui a hérité de la maison Goralsky ne veut pas lui renouveler.
  Nous retrouvons avec plaisir tous les protagonistes des romans précédents, nous nous frottons à la justice américaine, à la vie de là-bas. Encore et toujours aussi passionnant.
Retour à l'accueil