DSCN2410.JPG
Les Chevaliers, tome 1.
Plon, 2002.
  Nous voici ramenés au Moyen-Orient, au temps des croisades, au temps où un roi chrétien régnait à Jérusalem. Baudoin est lépreux; son écuyer est son confident :Thibaut de Courtenay, bâtard d'un nobliau que son géniteur ne songe qu'à anéantir. Le roi lépreux va laisser ce bas-monde sans héritier, sauf un neveu. La mère de ce dernier, Sibylle, régnera après la mort de son enfant. Saladin est l'autre grand personnage du roman. Il lutte sans merci contre le royaume franc et tente de reprendre Jérusalem. Sibylle, soeur de Baudoin et reine de Jérusalem meurt à son tour. Les barons élisent Isabelle, fille de Marie Comnène et demi-soeur de Baudoin. Elle était mariée à un poète, ennemi de la guerre et dut le répudier. On l'unit à Conrad puis à un neveu de Richard Coeur de Lion, comte de Champagne. Elle eut des filles de ces différentes unions. Mélisende régna sur Chypre. Dans le roman, Mélisende , fille adultérine d'Isabelle et de Thibault, aura un fils adultérin, dont le père, descendant de Saladin, ne connaît pas l'existence. Le roman est la longue confession écrite par Thibaut pour son petit-fils, Renaud, qu'il a confié à Odin des Courtils et à son épouse,dame Alais, sans enfants naturels. Dans le roman nous assistons à la quête des Tables de la Loi par Adam Pélicorne (aïeul d'Adalbert?) et à celle de l'Anneau du Prophète par Thibaut; nous côtoyons aussi le Vieux de la Montagne, ses paradis artificiels et ses assassins.  
Retour à l'accueil