Traduit du suédois par

Lena Grumbach et Catherine Marcus

roman

Gaïa éditions

2007, pour la traduction française.

Titre original

Tarzans tarar

Alfabeta Bakförlag, Stockholm

2003

Conte moderne tendre et loufoque.

Janne a fait fortune en vendant la boîte d'informatique qu'il avait créée. Disposant de revenus inépuisables il laisse dormir son trésor faute d'idées pour l'employer. Il a une liaison suivie et des parties de jambes en l'air, sans conséquence.

Marianna élève deux enfants avec un salaire tronqué de Professeur d'Arts plastiques. Son amour, Micke l'a laissée pour des horizons plus sécurisants.

Il était inévitable que la bonne fée des amours impossibles ne se penchât sur le cas de ces deux-là. Elle fait sauter Marianna sur Janne, dans un parc de jeux en plein air. Il prend plutôt mal le choc mais devient vite accroc à l'attraction qu'exerce sur lui ce Tarzan plein de fougue et sans fard.

Bien sûr il y a Bella à qui son père manque et Billy qui découvre la vie et l'usage d'une paire de ciseaux... surtout il y a le manque de Micke, le grand amour que Marianna n'envisage pas de gommer.

Mais la bonne fée veille.

Tendre, cocasse, récit de deux vies contemporaines aux antipodes l'une de l'autre que l'auteur du roman sait nous faire partager avec entrain.

A lire.

Retour à l'accueil